logo dela galerie Mouvements-rueVisconti

4, rue de rocroy
75010 paris

tel: + 33 (0)9 87 16 31 30

 

PROCHAINEMENT


RENCONTRE AVEC
AGNÈS THURNAUER, CLAUDE CAHUN ET ROBERTE FILLIOU

le 18 septembre 2019
de 18h à 21h

exposition "agnès thurnauer"
du 19 septembre au 12 octobre 2019

"Portrait" de Claude Cahun par Agnès Thurnauer

PORTRAITS GRANDEUR NATURE

L’idée de ce travail m’est venue dans les années 2000 : je cherchais une forme pour représenter le fait que l’histoire de l’art n’avait principalement retenu, jusqu’au XXe siècle, que des artistes hommes – à quelques rares exceptions près. Cette histoire était quasiment monolithique et avait exclu, pour la jeune artiste que j’étais, les modèles d’identifications qu’auraient pu représenter les artistes femmes ayant pourtant bel et bien existé. M’appuyer sur la dialectique par la négative en inversant le genre des prénoms des artistes les plus connus m’a permis de mettre en lumière cette absence, en créant une nouvelle population d’artistes, commençant ainsi à compléter l’histoire de sa part manquante.

Le travail de Mélanie Klein, découvert alors, fut fondateur pour moi. Ses écrits sur la bisexualité psychique ont considérablement fait avancer la psychanalyse depuis Freud et son « continent noir ». Mélanie Klein pense que nous portons tous en nous du féminin ET du masculin, et que ces deux modes d’être – ces deux formes – sont dissociées de nos genres (gender) homme/femme. Ce qui revient à dire qu’il peut y avoir des composantes féminines chez un homme et des composantes masculines chez une femme. Les écrits de Monique Wittig et Judith Butler ont également été moteurs dans la genèse de cette série qui met en scène le genre comme construction et comme langage, forcément performatif.

Ces nouveau-nés et nouveaux noms ainsi mis en majesté sont devenus une forme qui nous regarde, comme les petits miroirs ronds dans le fond des tableaux flamands. La nomination est le regard que ces Portraits nous adressent.
Le fait qu’ils soient lus et prononcés leur donne un corps, donc une existence.
Comme dans les halos entourant la tête des saints dans la peinture classique, où leurs noms auréolés s’inscrivaient en boucle, permettant non seulement de les identifier mais de les « dire ». Donc de les apprendre.

Plus récemment, j’ai eu envie d’étendre ce groupe à des prénoms qui sont aussi bien féminins que masculins, comme Claude ou Dominique. Il est important pour moi que ces Portraits incarnent aussi la question du genre comme forme transitive. Car l’invention de soi passe par l’investissement du genre assigné de naissance ou par celui qu’on se choisit – dans lequel on se reconnaît – par la suite.

Créer aujourd’hui des Portraits Grandeur Nature comme Claude Cahun interroge la lecture que nous faisons du féminin et du masculin, et de comment le genre détermine le regard que nous portons sur les êtres. Par cette interrogation sur le nom, c’est toute la question de la transition du langage qu’opèrent ces ouvertures et mutations fondamentales auxquelles nos sociétés s’ouvrent. Les questions de représentations restent un enjeu tout aussi plastique que politique, le genre en étant le plus grand commun dénominateur.

« En effet il n'y a pas deux genres, il n'y en a qu'un : le féminin, le "masculin" n'étant pas un genre. Car le masculin n'est pas le masculin mais le général. Ce qui fait qu'il y a le général et le féminin » écrivait Monique Wittig, on ne le répétera jamais assez. Et le concept de « différence des sexes », qui construit encore grandement nos sociétés, constitue ontologiquement les femmes en autres différents. Les hommes, eux, ne sont pas différents lorsque le masculin se confond avec l’universel. Les hommes n’ont pas à s’identifier, au contraire des sujets qui ont été construits historiquement comme l’autre ; même si ces sujets ont été marginalisés, ils sont pourtant, en tant qu’autre, structurellement nécessaires, comme le double spéculaire d’un sujet qui a colonisé les pouvoirs de la raison. Comme l’exprime Virginia Woolf dans Une chambre à soi : « Les femmes ont pendant des siècles servi aux hommes de miroirs, elles possédaient le pouvoir magique et délicieux de réfléchir une image de l’homme deux fois plus grande que nature [...] C’est pourquoi Napoléon et Mussolini insistent tous deux avec tant de force sur l’infériorité des femmes ; car si elles n’étaient pas inférieures, elles cesseraient d’être des miroirs grossissants [...] Car si une femme, en effet, se met à dire la vérité, la forme dans le miroir se rétrécit… ». Mais lorsque les corps ne se soumettent plus à l’opposition, à l’attribution, à l’interdiction, à l’exclusion ou à l’inclusion, alors tombe le masque d’un universel recouvrant ou enveloppant le masculin, qui se découvre. La redéfinition de l’identité féminine implique ainsi une révision de l’identité masculine en cette interaction dialectique, qui s’est établie entre les genres, le masculin et le féminin. [...]

Peu à peu, les féminismes ont fini par rejeter le caractère binaire et hiérarchisé du genre et lâcher du lest sur une conception victimaire de la femme opprimée (ou exemplaire, ou héroïque), pour reconnaître la diversité ou l’hétérogénéité existante entre et en chacune des femmes. Partant de la conception foucaldienne, selon laquelle le pouvoir n’est pas seulement répressif mais aussi constructif, en tant que créateur de subjectivités, Judith Butler a avancé, du moins dans son Trouble dans le Genre, que le genre, comme construction et comme langage, est performatif. Ce n’est pas une manifestation naturelle du sujet.

Élisabeth Lebovici, « La vertu des noms est d’enseigner »
Monographie « Now » 2008

__________________

 

Agnès Thurnauer est une artiste franco-suisse qui vit à Paris et travaille à Ivry.
Son travail a été découvert par le public lors d’une exposition remarquée au Palais de Tokyo en 2003.
En 2005 elle participe à la Biennale de Lyon et est, en 2009, la figure de proue de l’exposition elles@centrepompidou avec ses Portraits Grandeur Nature qui seront accrochés à l’entrée des collections permanentes du Centre Pompidou pendant deux ans.
En 2017 elle est invitée à la Biennale de sculpture de Cambridge avec Phyllida Barlow et Mona Hatoum. Sous l’égide de commissaires renommées comme Catherine Grenier, Ann Hindry, Camille Morineau ou Elena Sorokina, son travail a été montré dans de nombreux musées en France et à l’étranger : musée des beaux-arts de Nantes, d’Angers, de Colmar, Smak de Gand, Seattle Art Museum, CCBB Rio, Kunsthalle de Bratislava.
Elle a reçu en 2018 une commande publique du Ministère de la Culture pour une œuvre monumentale dans l’espace public à Ivry-sur-Seine.

 

galerie mouvements-rueVisconti
 
contact : Juliette Gourlat
j.gourlat@ruevisconti-editions.com

Mise à jour le 30.08.2019 © 2015 Juliette Gourlat